Le Bardage des Pignons.

dimanche, 12 novembre, 2017 1

Au départ, nous avions prévus de réaliser un enduit sur nos pignons (du genre un enduit sur un lattis de bois).
Finalement, un peu lassés par tout ces enduits surtout à cette hauteur, nous nous sommes dit qu’un bardage bois serait plus simple.

Comme toujours nous avons jonglé entre notre budget et le « style », les solutions en termes de bardage ne manquant pas.

 

Pour le bois nous sommes partis sur des planches de douglas rabotées moins chères que les planches de bardage. Nous aurions aussi pu partir sur du bois brut , mais nous préférions la version lasurée pour rester dans l’allure générale de la maison.
Le bardage est vertical à couvre joint dit suédois ou scandinave, histoire de goût et de couleur!

 

Je vous laisse un lien vers un site assez détaillé sur le sujet dont on s’est inspiré : http://tiantrifemochbihan.over-blog.com/article-ar-groc-henn-goat-le-bardage-bois-46052826.html

 

DETAILS CONSTRUCTIFS.

Nous avons commandé des planches de section 2x20cm dans lesquels nous avons délignés à la circulaire les couvres-joints. En gros les couvres-joints font 4cm ou 5cm de large, les planches ce qui reste.
Le clouage des liteaux est fait avec des pointes acier, pour le bardage des clous inox annelés. Quelques vis inox pour les accès aux combles.

 

Pour le reste , c’est JC, ouvrier spécialisé en bois qui s’y colle! Un grand Merci!!

 

Tout d’abord nous avons agrafés un reste de pare-pluie, sur nos montants de fermette de pignons.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

On est au millimetre!
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

La planche horizontale n’est pas recouverte car elle servira pour une future pergola.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plusieurs réseaux de liteaux sont cloués pour rattraper le niveau du mur.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Un « trou » est laissé à droite de la panne centrale pour un futur accès.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

CONCLUSION

Ce fut tout de même assez long à réaliser : Pas mal de détails techniques à peaufiner pour arriver au niveau du mur ( d’où le litelage spécial), beaucoup de mesures et de coupes de précisions, et bien sûr 3 ou 4 couches de lasures à passer, mais le rendu est sympa est devrait être encore mieux une fois les pergolas et le vestibule installé.

 

BUDGET :
Douglas raboté à 12 euros / m² ( planches en rab + joint de recouvrement à compter d’ou le prix) = 200 euros.
Douglas brut pour littelage = 35 euros.
Clous + Vis = 40 euros
Lasure maison = je sais plus le prix au m²
TOTAL = 280 euros pour 10 M2 de Bardage à réaliser.

 

TEMPS PASSE :

12 jours à 1 personne.

 

║ Laisser un commentaire ║

Habillage des débords de toit.

mardi, 23 mai, 2017 0

Petite touche finale apportée à la charpente.

 

L’habillage est fait en voliges brutes passées à la ponceuse à bande.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Elles sont ensuite découpées à la bonne côte et vissées sur des liteaux prévus à cet effet.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

PS: vous avez remarqué le retour de l’ouvrier (spécialisé tout corps d’état), Jean-Claude qui s’est attelé à cette tâche!

 

BUDGET :
Voliges déjà comptées dans la charpente.
1 boite de 200 vis 4×35 = 6euros.

TEMPS PASSE :
1.5 jours à 1 personne.

 

║ Laisser un commentaire ║

La pose des liteaux.

jeudi, 9 mars, 2017 0

Nos commençons par la pose des contre-liteaux nécessaires à l’aménagement de l’indispensable lame d’air en surface du pare-pluie. Nos contre liteaux et nos liteaux sont de section 27×35.

Ils sont cloués par des pointes lisses de 70mm de long sur les fermettes. Comme nous ne les voyons pas (car elles sont sous les voliges et le pare pluie) nous avions pris soin de reporter, à la craie, leur emplacement pendant la pose des voliges et nous avions reporté à nouveau ces repères sur le pare pluie.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En bas, les contre liteaux 27×35 ne vont pas jusqu’au bout. Il y a deux raisons à cela. La 1ere, c’est que nous n’avions pas mis de la volige au dessus du débord de toit. Il nous manquait donc une petite partie et qu’il a fallu compléter par un bout de tasseau plus épais. La 2eme est qu’il fallait interrompre les contre-liteaux pour permettre l’évacuation des eaux de ruissellement du pare pluie à l’égout (en passant pas dessus le bandeau). Le pare pluie sera tendu et agrafé sur le bandeau avant la pose des tuiles.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En haut, nous avons tendu un cordeau représentant le faitage pour aligner nos contre liteaux. Ils sont taillés avec un angle à 18° correspondant à l’angle de la toiture et un autre angle pour la pose de la lisse de ré-hausse.

 


 

Pour la pose des liteaux, il faut avant tout connaitre le pureau de ses tuiles qui déterminera l’espacement des liteaux. On trouve très bien comment faire cela sur internet. Nous avons choisi des tuiles à pureau variable ce qui laisse quand même un peu de marge de manœuvre.
Nous avions 2 points durs. Le faitage et le bandeau.
Nous avons fait nos calculs pour laisser dépasser de 5cm les tuiles du bandeau (d’ailleurs c’est un peu juste, on en reparlera plus tard…)
Au faitage nous laissons un espace de 4cm comme préconisé dans les docs techniques de notre tuile.
Il suffit ensuite de mesurer l’écart entre ses 2 points durs et de diviser par le pureau moyen. Cela nous donne un nombre de tuiles à poser sur une colonne.

Nous avions comme d’habitude une difficulté supplémentaire:  notre faitage et notre bandeau ne sont pas alignés bordel! Bizarre non?! Pourtant nous avions fait gaffe à aligner les fermettes! Il n’y a pas beaucoup de différence, 1 ou 2cm. Nous avons donc compensé ce défaut en gagnant quelques millimètre à chaque tuiles.

Une petite remarque quand au dimensions des tuiles. Nos tuiles ont un pureau maximum et un pureau minimum. Nous étions à 2mm du pureau maximum dans notre pose ce qu’il laissait finalement une très mince marge. Rajouter une tuile était impossible car dans ce cas nous aurions dépassé le pureau minimum. On a eu pas mal de chance finalement de rentrer dans les clous! Je me suis répété à plusieurs reprise, en plaisantant,  lors de la découpe  de la charpente que nous n’étions pas au millimètre! Et ben en fait si!!

Youpi, une fois qu’on a le bon espacement de liteaux (pureau) nous traçons des lignes au cordex et nous clouons nos liteaux sur nos contre liteaux!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

BUDGET :
bois = 290 euros
clous = xx euros


TEMPS PASSE :
1 journée à 2 pour la coupe et la pose des contre liteaux.
3 journées à 2 pour les contre liteaux (beaucoup de réflexion car nous ne sommes, nous l’oublions des fois, que des amateurs!)

 

║ Laisser un commentaire ║

Les voliges.

lundi, 6 mars, 2017 0

Après mure réflexion, nous avons opté pour la pose de voliges… sans regret.
Ayant été pas mal refroidi par un orage de grêle ayant détruit la plupart des toits du coin, on s’est dit que çà pouvait être pas mal.
Rien d’obligatoire donc… Elles offrent une protection supplémentaire en cas de fuite (on aura aussi un pare pluie) si des tuiles casses, et participent aussi un peu au contreventement de l’ensemble de la toiture.

En plus , sans vraiment en mesurer l’importance avant cela, elles ont magnifiquement aidé pour nos « balades » sur le toit lors de la pose du pare pluie, liteaux, tuiles…

Comme à chaque fois, notre bois n’est pas de prime qualité. Un peu de moisi par-ci par-là, beaucoup de planches « bananées », pas une planche ayant la même largeur. Nous avons fait un peu de tri, et posé aussi des planches un peu pourries, d’où les taches visibles sur les photos. Apparemment çà serait du bleuissement donc c’est juste rebutant d’aspect mais pas un souci au niveau de la résistance.

Nous avons posés les voliges en quinconce. Il y a eu pas mal de coupes afin que le bout des voliges tombe pile poil au dessus des fermettes pour le clouage.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les bananes et les différences de largeur ont crées des décalages et donc des « aérations ». Il a même fallu raboter quelques planches au ciseau à bois. Cà permettra de ventiler un peu les combles et la sous face du pare-pluie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

On monte les planches petit à petit et on avance rang par rang, chaque ligne étant « sur mesure »! On mets deux clous lisses de 60 de long par fermettes. Ah oui! on voit aussi que par radinerie, on a pas mis des voliges au dessus des débords de toits. Erreur! a refaire on en mettrait car çà aurait faciliter la pose des autres élément (pare-pluie, tuiles…)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Une étape dont on ne vous à pas parler (pas de photos!?, c’est quoi ce bordel!), c’est la pose des entretoises, visibles en façade sur ces deux photos. C’est la petite planche de bois calée entre chaque fermette. Là encore un sacré boulot de grand couturier. Ces planches servent tout bonnement à bloquer l’isolant qui sera dans les combles, pas rien!

 
En vert sur ce plan
 
loteaux...

 

BUDGET :
Voliges = 460 euros
Clous lisses longueur 60 = .. euros

TEMPS PASSE :
4 jours à 2 personnes pour la pose des voliges.
4 jours à 1 pour les entretoises.

 

║ Laisser un commentaire ║

Les échelles de pignons.

lundi, 6 mars, 2017 0

Etapes suivantes, les débords de toit des pignons. Le débord sera de 50cm. C’est assez minimaliste en construction paille, mais notre maison ne fait finalement qu’un seul étage et un plus grand débord en pignon n’aurait finalement pas plus protéger le mur que cela. (les pluies dominantes d’ouest tombant très horizontalement).

Pour cela , j’ai confectionné ce qu’on appelle des échelles de pignons à l’aide de pièces de bois de section 10×5 et de longueur 1 mètre.
Cette échelle sera fixé à l’avant dernière fermette par clouage ou vissage et portera sur la fermette de pignons.

J’ai assemblé les « barreaux » 1 à 1 au sol en clouant des équerres qui seront fixés sur la fermette de pignons.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce système d’échelle est complété avec des fausses pannes et contrefiches (une centrale et 2 intermédiaires) qui renforcent la portance de l’ouvrage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

On peut voir aussi sur les photos des pièces de bois supplémentaires en bas d’échelle qui contribuent aussi à une meilleure solidité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Sur les murs de façades, j’ai laissé dépasser d’autres fausses pannes. Celle-ci sont plus longues et passent sous 2 fermettes.
on en voit une a gauche sur cette photo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Et pour finir, un bandeau est cloué.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

BUDGET :
Du bois = 130 euros environ
Quelques clous et vis et equerres = .. euros

TEMPS PASSE :
peut etre 2 ou 3 jours à 1.

 

║ Laisser un commentaire ║

Les Contreventements des fermettes.

lundi, 2 janvier, 2017 0

Une fois toutes les fermettes en place , il faut placer les différents éléments participant aux contreventements.

Pas trop compliqué en soit, quelques mesures à prendre, quelques coupes, des clous à planter. (en suivant mes plans)

 

Cloutages (2 clous annelés 4×75) des lisse filantes (section 10×2.5) à chaque croisements de fermettes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les contreventements centraux sont en fait placés au fur et à mesure du dressage des fermettes.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

>En pignons, on retrouve des renforts supplémentaires entre la 1ere et 2eme fermettes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour ce qui sont observateurs, tout est là , avec en plus les antiflambements.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

BUDGET :
Encore des clous et des vis = .. euros

TEMPS PASSE :
3 jour à 2 pers.

 

║ Laisser un commentaire ║

La pose des fermettes.

lundi, 2 janvier, 2017 0

Que de retard! mais le temps etait très clément et l’envie d’écrire un peu moins présente.

Nous avons donc posé ces fermettes. Nous avons fait preuve de beaucoup d’astuces et de sang froid pour y parvenir. Oubliez les belles vidéos Youtube ou ils portent leurs fermettes avec le petit doigt en montant à une échelle. Les notres, certainement un peu plus costaudes, nous ont donné un peu plus de mal. Elles sont portables à deux , mais pas en montant à une échelle!!

 

1- FIXER LES PIGNONS.
Nous avons commencé par monter et visser provisoirement nos 2 demis-pignons sur la lisse haute, puis monté notre première fermette (plus légère car plus petite) contre ces derniers. Une fois l’ensemble de niveau et bien calé des clous annelés de longueur 7.5cm assemblent le tout.

 

Ici le pignon Est.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ci dessous l’Ouest qui à la particularité d’avoir un prolongement de lisse sur la droite pour pouvoir supporter la fausse panne. (ceci à cause de l’angle cassé du mur).

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

2- HISSER LES FERMETTES.

Nous avons donc pas mal galéré au début, mais une fois l’astuce trouvée cela est allé assez vite. L’idée est qu’il à fallu stocker toute les fermettes à l’envers sur la lisse haute sans gêner leur redressage.
Petit descro en image.

Comme nous sommes trop faibles, nous avons monté les fermettes en plusieurs étapes. Nous ne sommes pas non plus trés équipé en matos, heureusement qu’une âme charitable nous a prêté sa collection d’échelles! L’idée est de ne jamais porter à un.

 

Nous avons tout d’abord confectionné un échafaudage de bottes de paille.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

La 1ere Etape consiste à monter un côté de fermette à deux (1 en bas à l’épaule et 1 sur échafaudage) sur cette échafaudage en faisant reposer le deuxième côté de la fermette sur un tréteau de maçon.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Il manque des photos, mais dans l’idée, nous avons ensuite fini de monter un côté sur la lisse haute, une cale visser provisoirement empêchant la fermette de glisser.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Pour l’autre côté , nous avons confectionner une rampe en appui sur les barreaux du tréteau permettant de franchir en plusieurs étape la « montée ». (1 sur l’échelle, 1 sur la rampe)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Une fois les 2 côté hissés, il nous reste à faire ripper la fermette par étape successives avec une échelle plaçée sur les façades extérieures. Elles sont ainsi toutes montées et rangées en attendant leur redressage, en essayant de les dispatcher sur la lisse haute pour ne pas avoir à trop les redéplaçer pour la suite.

 

3- REDRESSER LES FERMETTES.

Avant de redresser la fermette , nous vissons les 2 étresillons, celui de l’entrai et celui du haut du faitage.Cela servira au calage de la fermette suivante. Nous la levons tranquillement à l’aide des bras et d’une corde qui assure.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
 

On vérifie l’alignement de la fermette avec un cordeau. L’écartement au niveau de la lisse haute est obtenu avec une cale provisoire et la fermette est vissée avec un tirefond. Les étresillons sont cloué à la fermette plaçé juste avant.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Et Voili:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

REMARQUE

-Nous avions stocker nos fermettes dans la maison un peu sans réfléchir à la suite. Cà a été plus une gêne finalement, mais faute d’endroit plat, pas le choix.
-Comme il faut pas mal de place pour redresser une fermette (2 m), nous avons redresser les 3 dernières fermettes sans les fixer puis les avons fait glisser la tête en haut. (c’est pas très clair désolé)

 

BUDGET :
Quelques clous et vis = .. euros

TEMPS PASSE :
Reflexion = 1 jour à 2 pers.
Pignons = 2 jours à 3 pers.
Hissage = 3 jours à deux.
Redressage = 3 jours à deux.

 

║ Laisser un commentaire ║

Conception et Fabrication des Fermettes.

mardi, 29 novembre, 2016 1

Cet article est plutôt consacré aux techniciens chevronnés ;-)

La charpente est constituée de fermettes que nous avons pris soin de fabriquer.
Comme simplicité rime souvent avec économie, notre comble sera non habitable et non aménageable, isolé entre solives.

 

Pourquoi des fermettes et non une charpente de type traditionnelle par exemple?
Déjà , d’un point de vue technique, pour que notre mur en paille et ossature CST puisse la porter, il fallait une charpente qui permette de repartir les charges sur l’ensemble du mur.
Ensuite les fermettes restent des éléments aisément constructibles et manipulables (car leur poids est relativement faible), sans engins particuliers, à la force de nos petits bras (dorénavant très gros!).

 

1-LA CONCEPTION

Les fermettes.

La conception est plus compliquée qu’une charpente traditionnelle car finalement moins courante que la bonne vieille charpente. Dimensionnement des bois, contreventements en tout genre, il ne faut pas lésiner…

La forme de la fermette est choisie en fonction de la portée entre les 2 murs porteurs. (ici, un peu plus de 6m)

trussestop

 

J’ai donc selectionné une forme « Queen Post ». Les écartements entre fermettes étant généralement compris entre 50 et 70 cm et les section de bois utilisées étant de 2,7cm ou plus.

 

Le calcul.

J’ai ensuite modélisé la fermette sur le logiciel gratuit FREELEM. Il n’est pas facile d’utilisation, mais plusieurs tutos sont présents sur leur site et permettent de s’en sortir au bout d’un moment. Avant de démarrer, il faut déterminer ses charges d’exploitations, permanentes et climatiques et connaitre les contraintes admissibles (flèches maxi…) du bois. Toutes ces informations sont trouvables sur internet.

Finalement, ce logiciel a permis de déterminer l’écartement des fermettes (50cm) en fonction des sections de bois (12cmx4cm) et de la forme choisie. Pour que le débord de toit de 50cm « passe » , j’ai ajouté des renforts en bout de fermette inspirée de cette photo et de ce document.

cantilevertruss2

fermette

 

Remarque: Il y a beaucoup plus de documents trouvables en anglais (Etat-unis = pays de la fermette) qu’en français. Fermettes=Trusses ; Débords=cantilever ; pignons=gabble…

 

Les Pignons.

Un autre casse tête a gérer, les pignons et leurs débords. J’ai ici mixé plusieurs techniques. Ils sont constitués d’échelles de pignons et de fausses pannes. Il a fallu aussi créer quelques fermettes spéciales et un « mur » pignon type ossature bois.

On voit dans ce document divers pignons possibles:

gableframing1

 

Les contreventements.

Ensuite , toujours en creusant les entrailles web, j’ai déterminé tout les contreventements nécessaires.

cvt

 

Le dessin

Tout ce beau monde est modélisé sur sketchup avec le reste de la maison. Comme d’habitude cela est d’une grande aide pour les détails d’assemblage et de montage. Ca permet aussi d’un simple clic ou presque, de comptabiliser ces débits de bois…

loteaux...

 

2-LA FABRICATION

-Nous avons fabriqué 23 fermettes de longueur 7.30m:
2 fermettes de pignons
2 fermettes « tronquées » (à cause des fausses pannes)
2 fermettes « semi-tronquées » (à cause de la fausse panne de l’angle coupé de la maison)
17 fermettes normales.

 

Pour commencer , nous avons assemblé une plateforme en palettes et planches afin de travailler à plat. Des vis permettent d’aligner et de bloquer les différentes pièces de bois.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAici une fermette « semi-tronquée »

OLYMPUS DIGITAL CAMERAassemblage poinçon/entrait avec des vis en biais (6×120)

 

Nous avons tout cloué au clou annelé 4×75 mm. Quelques vis sont également utilisées car taper au marteau faisait tout bouger.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAle clouage

OLYMPUS DIGITAL CAMERAdes vis 4×70 en haut de fermette

 

Le sciage est fait à la scie radiale et aussi à la main pour certaines coupes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Quelques Astuces utiles:
-Pour l’emplacement des clous nous avons confectionné des pochoirs en cartons.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
-Pour éviter le fendage du bois il faut mettre un coup de marteau auparavant sur la pointe du clou.
-Il faut aussi respecter une distance minimale de 2cm entre le bord du bois et le clou. Ces derniers sont espacés de 5 à 7cm.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
-Pour les clous les plus au bords des planches, nous avons fait en plus des prétrous de 3mm.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les pignons sont assemblés sur la dernière fermettes spéciales pour qu’une fois en place cela corresponde parfaitement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois cloué chaque fermette est déplacé au centre de la maison , à plat sur des cales (en 2 tas). Nous y clouons des équerres qui serviront à la boulonner sur la lisse haute.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

BUDGET :

3.3 M3 de bois = 1200 euros
Clous, vis et équerres = 75 euros

TEMPS PASSE :
conception = plusieurs semaines
plateforme = 1 jour à 1
assemblage + sciage = environ 10 jours à 2

 

║ Laisser un commentaire ║

Le Traitement du bois.

mardi, 22 novembre, 2016 0

Il ne s’agit malheureusement pas encore de whisky maison…

Nous avons revêtu nos entourages de portes et fenêtres d’une petite lasure.
Toujours pour économiser le moindre denier, nous l’avons fabriquée. Voici la recette pour préparer cette lasure dont le coût est un peu moindre que celles déjà toute prêtes du commerce. Je parle bien entendu des lasures écolo.

 

1 – HUILE DE LIN

– Il faut se procurer de l’huile de Lin qu’il faudra faire bouillir afin de la rendre plus siccative. On en trouve de la déjà bouillie mais bien plus cher.

Pour la faire bouillir, je la place dans une grande marmite , sur le gaz. La température doit avoisiner les 120 degrès pendant 2 heures. L’huile est très volatile et inflammable, donc il vaut mieux être au grand air pour le faire.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

– On la laisse ensuite dans des bouteilles se clarifier au soleil pendant minimum 3 jours.

 

2 – ESSENCE DE THEREBENTHINE PURE GEMME

– Il y a deux sortes d’essence: La térébenthine « artificielle » appelée tout bêtement essence de térébenthine fabriquée avec des produits peu fréquentables. La pure gemme issue directement de la distillation de la résine de térébinthe, donc plus saine.
Attention, cela ne veut pas dire que ce n’est pas toxique.
– On peut remplacer cette essence par de l’essence d’agrume hors de prix qui elle est beaucoup plus saine.

 

3 – PIGMENTS

– Si on veut teinter la lasure, on peut ajouter des pigments (minérals). Nous ne l’avons pas fait pour conserver une lasure la plus claire possible. Il peut être toutefois intéressant de le faire pour améliorer la protection aux UV.

 

4 – LES COUCHES

– Une sous-couche composée égale d’huile de lin + essence.
+ Une 1ere couche composée d’un mélange de 2/3 d’huile de lin + 1/3 essence + 1cuillere à soupe de siccatif par litre de lasure obtenue.
+ Une 2eme couche de la même recette.
+ une 3eme couche de la même recette.

 

Je passe les détails d’application de la lasure qui ne diffère pas de ce qui se fait couramment.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le résultat est une couleur satinée et mielleuse. A renouveler bien entendu tout les 3 ou 4 ans selon l’exposition, après un léger ponçage.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

BUDGET : Lasures pour le Traitement des cadres + les futures fenetres+ pergola+bandeaux de charpentes (soit environ 50 m² de bois) = 5 litres d’ huile de lin + 3 litres térébenthine
50 euros environ.

 

TEMPS PASSE :
1 jour pour le nettoyage (éclaboussures d’enduit) + 2 jours pour la lasure à 1 pers.

 

║ Laisser un commentaire ║

La Lisse Haute.

mardi, 27 septembre, 2016 0

Dernier élément des murs, la lisse haute.
Son rôle est d’offrir un support de fixation aux fermettes et de ceinturer les murs entre eux pour augmenter leur rigidité.
Loin d’être une simple formalité, il s’est avéré que ce fût pour l’instant la chose la plus désagréable que j’ai eu à faire sur le chantier.
Cela est surement du au travail en hauteur (déplacement d’échafaudage, montée/descente..), aux conditions climatiques pluvieuses et venteuses (bâchage et débâchage quasi quotidien), ainsi qu’une certaine impatience liée à la hâte de commencer les enduits…
Bref à noter un temps passé non négligeable et pas imaginé au départ.

Les Etapes :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

1/LES FENTES.
Même principe que sur les bottes intermédiaires donc, la création d’une fente pour pouvoir y glisser un liteau de 2.5x5cm. Pour ce dernier étage, comme indiqué dans l’article précédent ; celles-ci ont été réalisés à la scie alligator avant la pose.
Si des fentes étaient à retravailler, je l’ai fait à la disqueuse/meuleuse.

2/LA MISE A NIVEAU DES BOTTES ET DES MONTANTS
Avant cela , il a fallu mettre de niveau toute les bottes du dernier étage, certaines étant plus hautes que d’autre.(du fait du hasard pour les murs sans fenêtres et au dessus des linteaux pour les fenêtres). J’ai donc choisi une côte moyenne pour mon niveau final. Pour les botte trop hautes, j’ai joué de la scie alligator. Deux ou trois bottes étaient trop basses,nous les avons complété avec du terre paille. (on parle ici de 3 ou 4cm!).
Les montants bois qui dépassent sont coupés à la scie égoïne.
[J’insiste sur le fait qu’il est important de prendre de la marge pour la longueur des montants d’ossature pour s’économiser du boulot, car finalement on ne peut pas connaitre leur hauteur définitive avant que les murs ne soient terminés. Ici les murs sont plus haut de 10cm par rapport à la côte initiale.]

3/LA FIXATION DES LITEAUX
Comme pour les autres avec des vis de 4×60 dans les montants. Je les aussi ai coupé en biseaux pour les jonctions et j’ai essayé de conserver des grandes longueurs.

4/POSE DE LA LISSE
Section de 4.5x35cm. Longueur entre 3m et 3.5m.
Petite surprise au passage, les bottes, une fois posées, mesurent plûtot 39cm au lieu des 35cm prévus. La lisse aurait donc du faire dans l’idéale 40cm. Je me suis aligné à la facade extérieure et il faudra trouver une astuce pour combler le vide à l’intérieur.
La lisse est alignée au cordeau et visser en quinconce sur les liteaux par des vis de 5×90 tous les 50cm.

5/POSE DU BANDEAU
Section de 4,5x10cm.
J’ai prévu en plus un bandeau tout autour de la maison. Il renforce la structure et servira également de support de fixation aux futures pergolas, étant donné qu’une fixation dans un enduit terre n’est pas vraiment pratique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

TEMPS PASSE :
6 jours à 1.

║ Laisser un commentaire ║